20/03/2008

La Langue Française en fête.

la langue française en fête


La langue française en fête… Chaque année depuis 1996, une ville de Belgique est choisie pour devenir le temps d’une semaine la porte-parole de la langue française.

Chaque année, le temps d’une semaine, les rues se transforment, l’espace public se métamorphose, l’ambiance se modifie pour afficher jeux de mots, aphorismes, banderoles, calicots, pages scribouillées.

Les parcs, les magasins, les théâtres se changent en lieux de rencontres pour tous les amateurs de mots, de débats, de véritables joutes oratoires et concours.

L’espace de quelques jours la cité fleuri de beauté et devient le miroir, l’image toujours plus belle d’une langue moderne, mouvante, précise, poétique, chantante.

En invitant petits et grands à ce rendez-vous annuel, je vous invite à rejoindre l’univers de la Francophonie, mais surtout à retrouver le citoyen parlant, s’exprimant et jouant avec sa langue.

Rendez-vous donc du 15 au 22 mars 2008 à La Louvière, vitrine des mots et de leurs histoires.

Pour plus d’information consultez le site de La Langue Française en Fête.

13/03/2008

Théâtre: Henri III et sa cour, Dumas

henri III


Il est sans conteste devenu l'un des plus grands romanciers français et pourtant, c'est par le théâtre qu'il a fait ses premières armes.

Je veux parler d'Alexandre Dumas, le père des Trois Mousquetaires, du Comte de Monte Cristo et de la Reine Margot qui brille ici en faisant revivre Henri III mais surtout ses courtisans. Parmis ceux-ci, retrouvez Saint Mégrin, le Duc de Guise et la célèbre Catherine de Médicis, la reine mère.

Sachez déjà que tous se détestent et que tous cherchent à manipuler ce jeune roi peu sûr de lui. A ce jeux, l'ancienne régente a du répondant et plus que ça, un plan démoniaque pour piéger ses deux adversaires.

Son fils rêgnera sur la France tandis qu'elle même rêgnera sur son fils.

Magicien des dialogues, expert dans la mise en scène et dirait-on cinéaste avant l'heure, laissez vous emporter par les mots de Dumas.

Critique et présentation de l'oeuvre en lien photo.

Bonne lecture.

18:00 Écrit par ecrivain89 dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

08/03/2008

La Route

la route


C'est un succès bien mérité pour Cormac MacCarthy et son livre La Route, grand gagnant du prestigieux prix Pulitzer dans la catégorie fiction.

Simple, épuré, concis, ce livre raconte l'histoire d'un homme et de son fils au lendemain d'une catastrophe planétaire. La plupart des plantes, animaux, humains ont disparus ne laissant à l'aube d'une ère glaciaire que quelques rares survivants. Défaite des codes et des moeurs, la société s'est effondrée et la barbarie, la lois du plus fort fait son grand retour.

Dans une lutte incessante pour la survie le père et le fils doivent impérativement avancer, se cacher, rester sur le qui-vive. Ainsi, chaque pas en avant est une nouvelle mort tandis que rebrousser chemin est déjà impossible.

Loin des clichés de la sciences fictions et des scénarios catastrophe classique  McCarthy signe avec son livre apocalypse La Route, un des plus grands succès de ces dernières années.

Bonne lecture!

Pour la critique complète rendez vous sur la photo.

06/03/2008

Concours

cascade

Avis à tous les démangés de la plume, le Concours de nouvelles « Fénelon en Colfontaine » se réunit pour sa septième édition. Organisé par les bibliothèques communales de Colfontaine, le concours aura cette année pour thème : ‘’Par Monts et par vaux ‘’

Il s’agit pour les auteurs de rédiger une nouvelle fantastique (pour mémoire, la nouvelle est « un récit bref qui présente une intrigue simple où n’interviennent que peu de personnages, le fantastique quant à lui, pouvant être défini, en littérature, comme l’irruption du surnaturel et / ou de l’irrationnel dans l’univers quotidien »).

Un jury composé de professionnels du métier récompensera comme il se doit les meilleurs textes.

Alors chers amis, à vos stylos ! 

Pour consulter le règlement et obtenir plus d’infos :  Site internet  

04/03/2008

Petite discussion avec une momie

petite discussion avec une momie

C'est Edgar Allan Poe qui vous emmenera cette fois-ci dans son imaginaire hallucinant. Hallucinant à telle point qu'il serait sage de se demander si le délire et la folie ne sont pas loin si ce n'était cette plume sérieuse, satirique et pourtant prête à faire un bonne blague.

Recueil de nouvelles Petite discussion avec une momie prend le nom de la principale d'entre elles et donne le ton. Voici l'histoire de savants, médecins, archéologues, tous mondains du XVIIIè siècle qui à la fin d'une nuit quelque peu euphorique commencent à jouer avec une momie et l'invention récente de Volta, la pile électrique. Prélude d'une situation rocambolesque.

Les premières lignes
Le symposium de la soirée précédente avait un peu fatigué mes nerfs. J’avais une déplorable migraine et je tombais de sommeil. Au lieu de passer la soirée dehors, comme j’en avais le dessein, il me vint donc à l’esprit que je n’avais rien de plus sage à faire que de souper d’une bouchée, et de me mettre immédiatement au lit. Un léger souper, naturellement. J’adore les rôties au fromage. En manger plus d’une livre à la fois, cela peut n’être pas toujours raisonnable. Toutefois, il ne peut pas y avoir d’objection matérielle au chiffre deux. Et, en réalité, entre deux et trois, il n’y a que la différence d’une simple unité. Je m’aventurai peut-être jusqu’à quatre. Ma femme tient pour cinq ; - mais évidemment elle a confondu deux choses bien distinctes. Le nombre abstrait cinq, je suis disposé à l’admettre ; mais, au point de vue concret, il se rapporte aux bouteilles de Brown Stout, sans l’assaisonnement duquel la rôtie au fromage est une chose à éviter. Ayant ainsi achevé un frugal repas, et mis mon bonnet de nuit avec la sereine espérance d’en jouir jusqu’au lendemain midi au moins, je plaçai ma tête sur l’oreiller, et grâce à une excellente conscience, je tombai immédiatement dans un profond sommeil. Mais quand les espérances de l’homme furent-elles remplies ? Je n’avais peut-être pas achevé mon troisième ronflement, quand une furieuse sonnerie retentit à la porte de la rue, et puis d’impatients coups de marteau me réveillèrent en sursaut.

La présentation complète est accessible en lien photo

Edgar Allan Poe, Petite discussion avec une Momie, éd Folio