04/02/2009

Gargantua

Gargantua-title

Gargantua, Rabelais, son auteur, le présente comme un os. Pas celui de l’expression « tomber sur un os »  puisque l’ouvrage est largement abordable. En réalité, il fait plutôt référence à « ronger un os ». Pourquoi ronger, parce qu’un os c’est particulièrement solide mais que la dessous se cache la moelle et si la pratique se perd, renseignez-vous, c’est un met très apprécié.

Et bien avec Gargantua, c’est un peu la même chose. En le rongeant bien, on finit par percer cette épaisseur de paillardise et de crasse dont on aurait pu croire que l’auteur faisait la défense pour dénicher un texte solidement engagé (contre l’enseignement au par cœur entre autre, mais aussi contre la violence, la conquête, la guerre, pour l'humanisme…). Un texte qui date de 1534 qui peut toujours faire mourir de rire et sous ce couvert enseigner en douce.

Pour l’histoire, Gargantua est un géant, issu d’une longue lignée de rois, il est le fils de Grandgousier et Gargamelle. A travers, ce livre, ce sont toutes ses aventures depuis sa naissance que nous suivons. Vous apprendrez qu’il vola les cloches de Notre Dame, inonda Paris en vidant vessie ou que son cheval chassant les mouches avec sa queue, les tua et déboisa en même temps toute une région.

Rabelais commence son livre en disant : « Rire est le propre de l’homme » ; il sait s’y tenir. Son œuvre est en constante oscillation entre le penser et le rire, le rire et le penser.

A lire absolument !

 

Pour la présentation complète cliquez ici.

 

Bonne lecture !

Ecrivain 89- Quentin

 

Les commentaires sont fermés.