19/11/2008

1984

19 84


1984, au temps où je vous parle, c'est du passé. Au temps où George Orwell écrit c'est le futur. Et le futur qu'il décrit est un monde bien inquiétant. Il est parfait. Tout le monde y est heureux. Tout le monde vit en harmonie au sein d'une même communauté. Les guerres elles-mêmes ont changé. Elles existent toujours bien sûr ; quand on est dirigeant on a toujours besoin d'un ennemi à l'extérieur de l'Etat sur qui concentrer les têtes félées ou le mécontentement si les récoltes ne donnent pas autant que les autres années. Donc, les guerres existent toujours mais elles ont changé. Les chefs sont de mèches. Ils se font la guerre seulement pour réguler leur population et plus pour se conquérir- quelle idée barbare ce serait!

En 1984, le monde est parfait, vous êtes en sécurité, votre gouvernement est fort, vous n'avez pas de soucis.

Vous avez atteint le meilleur des mondes possibles, il a juste fallu que vous renonciez à votre liberté, un détail, une broutille.

1984, L'Oeuvre culte de George Orwell, le roman qui a terrorisé plusieurs générations, le seul livre qui peut vous rendre votre esprit critique, l'ouvrage d'un des plus grands maitres du roman d'anticipation.

Vous voulez en savoir plus? Rendez-vous sur Scène de Crime: Culture pour une présentation complète. 

Bonne lecture

Ecrivain89- Quentin

17/11/2008

Le Dictionnaire des Idées reçues

dictionnaire des idées reçues

 

 

 

Nous sommes le 17 novembre, depuis plusieurs jours, je devrais vous présenter un à un les prix littéraires.

Cette année, je devrais commencer par le prix Nobel de littérature. Nous n’avons pas la chance de voir tous les jours un auteur francophone se hisser sur la plus haute marche des distinctions littéraires. Je salue le travail de Jean Marie Gustave Le Clézio pour l’ensemble de son œuvre, qui est l’objet de la récompense d’un Nobel à l’inverse du Goncourt, et j’en profite aussi pour vous rappeler la sortie de son récent livre Ritournelle de la faim.

Je ne pourrais pas non plus éviter le Goncourt, remis cette année à Atiq Rahimi pour son livre Syngué sabour.

Je ne peux vous en dire que ce que je tiens du résumé. L’écrivain est persan et le titre de son livre se traduit par syngue : pierre et sabour : patience. La pierre de patience est une pierre magique. Dans la mythologie, l’homme la pose devant lui pour y déverser sa peur, ses malheurs, ses craintes, ses douleurs… On lui confie ce que l’on n’ose pas dire aux autres et la pierre écoute.

Rassurez-vous, je ne pense pas que vous attendrez longtemps avant d’en entendre à nouveau parler sur ce site. Je vous engage à ne pas attendre ma lecture et ma présentation pour partir à l’aventure.

Je vous rappelle également le Renaudot, le successeur du Chagrin d’Ecole de Pennac est Le Roi de Kahel de Tierno Monénembo et enfin, pour les principaux, le Médicis pour Jean-Marie Blas de Roblès avec Là où les tigres sont chez eux.

 

Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de les lires pour l’heure, ce qui ne m’empêche pas de vous y encourager et plus encore de découvrir, oserais-je le dire, l’entièreté de la rentrée littéraire soit les quelques 600 livres qui sont sortis depuis le mois de septembre.

Dur métier de suivre tout ça.

Je traverse en ce moment le Mozambique par temps calme (La traversée du Mozambique par temps calme de Patrice Pluyette) sous la plume d’un génie de la dérision, du surprenant et sincèrement, de l’inédit.

 

Le programme est chargé. En attendant, je vous renvoie à une lecture particulièrement saine : le dictionnaire.

Est-ce que je me moque de vous ? Absolument pas !

Il est impératif que vous révisiez votre vocabulaire de A à Z. Piochez ici et là, vous verrez c’est le livre qui fait le plus de bien à l’esprit. Du moins est-ce le cas lorsqu’il est rédigé par un impertinent qui tient à donner une leçon aux bourgeois et aux idées reçues.

Encore un petit jeune qui plaisante en réécrivant le dictionnaire ? C’est classique, me direz-vous et vous n’aurez pas tord car le « petit jeune » n’est nul autre que Gustave Flaubert lui-même qui s’amuse, semble-t-il comme un fou dans l’exercice.

C’est drôle, choquant, saugrenu. Je manque d’adjectifs pour définir ce petit bijou.

Par chance, je n’en ai pas besoin puisqu’il est, une fois n’est pas coutume disponible gratuitement en ligne.

Je vous laisse donc le plaisir de retrouver un romancier génial ; il vous suffit de vous rendre ici.

 

 

Le Nobel

 

Le_Clezio

J.M.G Le Clézio

 

Le Goncourt

Atiq Rahimi goncourt

Atiq Rahimi, Syngué Sabour

 

 

Bonne lecture

Ecrivain89 -Quentin

 

 

 

 

 

13/11/2008

L'Iliade selon le XXIè siècle

iliade

 

4000 ans après la guerre de Troie, 3500 ans après Homère, un auteur italien tente de dépoussièrer l'oeuvre légendaire et de nous la rendre avec un souffle nouveau.

Vous me direz : "Louable intention,certes, mais il est fou!" Après lecture, je corrige: "Fou peut-être, mais alors génialement fou!"

C'est incroyable! On se replonge dans La Légende!  Revivre le sable et la poussière, ruser, fuir, avancer,  sentir l'adrénaline, la peur, la tension... On se sent happer dans l'histoire, on remonte le temps et on se retrouve aux côtés des héros des temps jadis comme s'ils étaient là en chair et en os, le temps d'une lecture.

Vous qui n'avez pas encore lu ou alors de temps immoriaux l'Iliade, qui ne la connaissez que par bribes, après avoir été intoxiqués par Hollywood, redécouvrez la véritable histoire, accessible et passionnante.

La présentation complète ici

11/11/2008

La fureur de lire

fureurdelire


Attention retenez bien ces dates, bloquez vos agendas ; la Fureur de lire commence du 12 au 16 novembre 2008.

Rencontres littéraires, bibliothèques, activités en tout genre déclinées cette année autour du thème "révolutions".

Quelques-uns de ces rendez-vous, vous entraîneront sur le fil rouge du thème
« révolutions ». Du mouvement terrestre à la planète internet. De l’imprimé au livre électronique. Des petites découvertes aux grandes inventions. Des sursauts individuels aux raz de marée sociaux. De manifestes en manifestations. Des libertés qui se déclinent en slogans aux utopies qui s’affichent. Du col mao à la mini-jupe, du pop art au nouveau roman... Il y en aura pour tous les goûts et toutes les générations.

Venez participer, un seule condition s'impose, être mordu!

Plus d'infos sur le site officiel, La Fureur de lire.

Affiche_Fureur_de_lire_2008

 

08/11/2008

Hygiène de l'assassin

hygiene de l'assassin


Amélie Nothomb
passe sur Si j'ose écrire, non pas avec son nouveau roman, Le Fait du Prince, qui fait un malheur dans les classements des ventes de livres, mais plutôt avec son premier essai, son tout premier texte, Hygiène de l'assassin.

Retrouver la jeune romancière déjà au sommet de son art, faisant vivre  sous sa plume un écrivain Prix Nobel de littérature, misanthrope, désagréable et renfermé, interviewé par de piètres journalistes qu'il renverra la queue entre les pattes pleurer dans les bras de leur mère.

Entre sadisme et cruauté, un livre déroutant et marquant que je vous conseille tous.

Un livre que je vous présenterai ici plus en détails.

04/11/2008

Les 100 meilleurs livres jamais écrits.

bibliotheque

 

 

Les 100 meilleurs livres jamais écrits.

 

Il y a déjà plusieurs années, les Cercles norvégiens du livres avaient invité une centaine d’écrivains originaires de 54 pays pour que chacun d’eux se prononce sur ce qu’il considérait faire partie des cents meilleurs livres jamais écrits.

La manœuvre n’est peut-être pas très élégante. On se demande ce qui se passerait si on commençait à établir des listes de bons, de moins bons et de mauvais livres.

Néanmoins, le panel visiter par ce classement est intéressant. D’autant plus que celui n'impose pas une hiérarchie mais s’est arrêté à établir Le Livre le plus cité et à ne diffuser les autres que par ordre alphabétique.

Il s’agit bien sûr de classiques. Et je dois dire qu’on peut-être fière de la langue Française.

 

Je vous disais qu’il y avait eu un « gagnant », il s’agit de Don Quichotte de Miguel Cervantes.

Je vous ai dit qu’il y avait du beau monde pour cette élection. Peut-être reconnaîtrez vous certains de ces électeurs : John Irving, Salman Rushdie, John le Carré, Nadine Gordimer, Carlos Fuentes, VS Naipaul, Paul Auster, Ben Okri, Orhan Pamuk, Fay Weldon, Wole Soyinka, Bei Dao, Nawal El Saadawi et Norman Mailer, comptaient entre autres parmi les membres du panel.

 

Mais passons à cette liste.

 

Oeuvres

Auteurs

Pays

Le Monde s'effondre

Chinua Achebe

Nigeria

Les Contes d'...

Andersen

Danemark

Orgueil et préjugés

Jane Austen

Angleterre

Le Père Goriot

Honoré de Balzac

France

Molloy, Malone meurt, L'Innombale

Trilogie de Samuel Beckett

Irlande

Le Decameron

Jean Boccace

Italie

Fictions

Jorge Luis Borges

Argentine

Les Hauts de Hurle-Vent

Emily Bronte

Angleterre

L'Étranger

Albert Camus

France

Les poèmes de...

Paul Celan

Roumanie

Voyage au bout de la nuit

Louis-Ferdinand Céline

France

Don Quichotte

Miguel de Cervantes Saavedra

Espagne

Les Contes de Cantorbéry

Goeffrey Chaucer

Angleterre

Nostromo

Joseph Conrad

Angleterre

La Divine Comédie

Dante Alighieri

Italie

De grandes espérances

Charles Dickens

Angleterre

Jacques le fataliste

Denis Diderot

France

Berlin Alexanderplatz

Alfred Doblin

Allemagne

Crime et Châtiment

Fedor M. Dostoïevski

Russie

L'Idiot

Fedor M. Dostoïevski

Russie

Les Possédés

Fedor M. Dostoïevski

Russie

Les Frères Karamazov

Fedor M. Dostoïevski

Russie

Middlemarch

George Eliot

Angleterre

Homme invisible, pour qui chantes-tu?

Ralph Ellison

États-Unis

Médée

Euripide

Grèce

Absalon!, Absalon!

William Faulkner

États-Unis

Le Bruit et la Fureur

William Faulkner

États-Unis

Madame Bovary

Gustave Flaubert

France

Une éducation sentimentale

Gustave Flaubert

France

Romancero Gitan

Federico Garcia Lorca

Espagne

Cent ans de solitude et
L'Amour au temps du choléra

Gabriel Garcia Marquez

Colombie

Faust, une tragédie

Johann Wolfgang von Goethe

Allemagne

Âmes mortes

Nikolai Gogol

Russie

Le Tambour

Guenter Grass

Allemagne

The Devil to Pay in the Backlands

Joao Guimaraes Rosa, Brésil

 

La Faim

Knut Hamsun

Norvège

Le Vieil Homme et la Mer

Ernest Hemingway

États-Unis

L'Iiade et l'Odyssée

Homère

Grèce

Maison de poupée

Henrik Ibsen

Norvège

Le Livre de Job

-

Israël

Ulysse

James Joyce

Irlande

Le Procès et Le Château

Franz Kafka

Rép. tchèque

L'Anneau de Sakuntala

Kalisada

Inde

Le Grondement de la montagne

Yasunari Kawabata

Japon

La Storia

Elsa Morante

Italie

Zorba le Grec

Nikos Kazantzakis

Grèce

Amants et fils

DH Lawrence

Angleterre

Le Livre du peuple

Halldor K. Laxness

Islande

Les poèmes de...

Giacomo Leopardi

Italie

Le Carnet d'or

Doris Lessing

Angleterre

Fifi Brindacier

Astrid Lindgren

Suède

Diary of a Madman et Other Stories

Lu Xun

Chine

Children of Gebelawi

Mahfouz

Égypte

Mahabharata

-

Inde

Les Buddenbrook

Thomas Mann

Allemagne

La Montagne magique

Thomas Mann

Allemagne

Moby Dick

Herman Melville

États-Unis

Essais

Montaigne

France

Beloved

Toni Morrison

États-Unis

The Tale of Genji Genji

Shikibu Murasaki

Japon

L'Homme sans qualités

Robert Musil

Autriche

Lolita

Vladimir Nabokov

Russie/
États-Unis

Njaals Saga

-

Islande

1984

George Orwell

Angleterre

Le Livre de l'intranquillité

Fernando Pessoa

Portugal

Les Contes d'...

Edgar Allan Poe

États-Unis

À la recherche du temps perdu

Marcel Proust

France

Gargantua et Pantagruel

François Rabelais

France

Pedro Paramo

Juan Rulfo

Mexique

Les Métamorphoses

Ovide

Italie

Mathnawi

Jalal ad-din Rumi

Iran

Enfants de minuit

Salman Rushdie

Inde/Angleterre

The Orchard

Sheikh Musharrif ud-din Sadi

Iran

Season of Migration to the North Tayeb

Salih

Soudan

L'Aveuglement

Jose Saramago

Portugal

Hamlet,

William Shakespeare

Angleterre

Le Roi Lear

William Shakespeare

Angleterre

Othello

William Shakespeare

Angleterre

Oedipe Roi

Sophocle

Grèce

Le Rouge et le Noir

Stendhal

France

Vie et Opinions de Tristam Shandy

Laurence Sterne

Irlande

La Conscience de Zeno

Italo Svevo

Italie

Les Voyages de Gulliver

Jonathan Swift

Irlande

Guerre et Paix

Leo Tolstoï

Russie

Anna Karenina,

Leo Tolstoï

Russie

La Mort d'Ivan Illitch

Leo Tolstoï

Russie

Récits divers

Anton P. Tchekhov

Russie

Les Mille et une Nuits

-

Inde/Iran/Iraq/
Égypte

Huckleberry Finn

Mark Twain

États-Unis

Ramayana

Valmiki

Inde

L'Énéide

Virgile

Italie

Feuilles d'herbe

Walt Whitman

États-Unis

Mrs Dalloway

Virginia Woolf

Angleterre

Promenade au phare

Virginia Woolf

Angleterre

Les Mémoires d'Hadrien

Marguerite Yourcenar

France

 

 

A méditer…

Néanmoins, ne vous mettez pas à lire tous les livres de ce classement. Chacun à le sien et je serais curieux de connaître les gouts de mes lecteurs.

 

Ecrivain 89- Quentin

01/11/2008

Madame Bovary

bovary


Un livre ennuyeux, qui ne raconte rien, sans suspense et sans intérêt?

Et puis quoi encore? Cet ouvrage est génial!  C'est un chef d'oeuvre!

Ne vous laissez pas envelopper par les ragots de bas étages et venez voir ce qui se cache vraiment derrière le classique de Flaubert.

Voici que j'en termine la présentation, elle est disponible sous ce lien.

14/10/2008

Les Enquêtes du Père Brown

Père Brown
Le Père Brown. Un personnage court sur pattes, rondouillard, qui avec sa soutane noire présente bien plus du porte-manteau que du prêtre jésuitique qu’il est.Un grand chapeau, un parapluie cabossé qu’il entraine partout et qui complète la panoplie, pardonnez-moi l’expression, du parfait abruti aussi banal qu’une grosse pomme luisante et aux yeux vides comme la Mer du Nord.

Le personnage à tout simplement l’air bête, crétin, endormi dans son corps.

Que dire alors pour le sauver ? Certainement pas que c’est quand il fait le plus preuve d’intelligence qu’il parait le plus idiot.

Pourtant dire qu’il est intelligent n’est pas peu dire. Cet homme en sait plus que vous et moi.

Il voit les choses. Par la seule force de sa déduction, de sa connaissance de ses compatriotes, grâce à une logique sensationnelle, il peut démêler les fils les plus tordus des enquêtes policières. C’est Columbo en soutane qui voit le criminel comme un artiste tandis que l’enquêteur est un critique d’art.

Pour découvrir le livre, cliquez ici

GKChesterton1

 

 

12/08/2008

Alexandre Soljénitsyne, Une journée d'Ivan Denissovitch

soljénitsyne


En ce mois d'août, alors que la Chine célèbre les Jeux Olympique, un grand auteur vient de nous quitter.

Hasard ou pas pour la République Populaire de Chine et son voisin Russe, cet homme avait été un des grands fers de lance contre le régime communiste des premières années menés par Staline et Mao.

Et pour cause, puisqu'il en avait été lui même une des victimes.

Emprisonné huits années durant dans un goulag, l'équivalant des camps nazis, il avait à sa sortie multiplié les romans-témoignages s'attirant le soutien des opprimés et des Occidentaux mais récoltant surtout l'ire du régime soviétique et du KGB.

Prix Nobel, toujours vigilant, toujours sur ses gardes, il a bouleversé la Russie et le Monde par ses vérités et par son talent d'écrivain.

Mais quel meilleur moyen de découvrir un auteur que de se plonger dans son oeuvre? Voici donc la critique d'Une journée d'Ivan Dénissovitch, son plus célèbre ouvrage.

Une journée d'Ivan Denissovitch, présentation.

journée

08/08/2008

Les Contes de Canterbury

chaucer1


Jamais on avait autant multiplié les antagonismes.

Une oeuvre vieille de plus de six ans qui parait incroyablement moderne.

Un recueil de nouvelles qui se construit comme un roman.

Un texte en prose qui s'accorde avec des vers et des rimes.

Des aventures franchement salaces qui s'insèrent entre de pieux récits.

Un humour et une provocation incroyable qui s'accorde avec réflexion et méditation.

S'il ne s'agissait de la Comédie humaine de Chaucer, les Contes de Canterbury, une oeuvre mondialement célèbre et très importante pour nos voisins outre Manche, on pourrait se poser des questions.

Lecteurs, vous cherchez un "vrai" livre ou se mêlent pouvoir, argent, "fidélité", amour, sexe, hypocrisie, science, religion et humour, vous allez être servi.

La présentation complète de l'ouvrage.

28/07/2008

Toine Culot, Obèse Ardennais

masson

Hommage au passé, hommage à un grand écrivain belge avec les aventures de Toine Culot.

Des livres qui sentent bon les vieilles maisons en pierres de nos campagnes, la chaleur des champs et le bruit de nos forêts.

Des livres qui rappellent la bonne humeur, la joie de vivre, le rire et la simplicité dans un monde qui va toujours de plus en plus vite et qui ne prend même plus le temps d'écouter les oiseaux chanter.

Des livres pour réentendre parler le wallon et réapprendre ce qui est vraiment important.

Des livres comme un gros potage de grand-mère, comme un bain de jouvence après une journée de travail.

Toine Culot, Obèse ardennais par Arthur Masson, la présentation complète de l'ouvrage.

ceed_1

La Peste

peste

Il est l'un des plus grands écrivains français et le seul qui puisse faire du monstre noir, la peste, le personnage principal d'un livre ébblouissant, passionnant et effroyable.

Un ouvrage construit sur le thème d'une ville ravagée par la maladie, coupée du monde qui vous emmène entre peur, colère, effroi et tension jusqu'au petit matin sans vous laisser une seconde de repis.

Un livre qui se fait l'icone d'une plume légendaire.

Un livre dont voici la présentation complète.

24/05/2008

L'Homme qui tombe

fallingMan
 

Il était là sans y être. Sur le pas de la porte, une malette à la main, des éclats de verre dans les cheveux. Il était vivant mais pas indemne. Il était un rescapé de la chute des Twins et ça vie venait de changer à jamais.

Un livre choc qui était sans doute dangereux à écrire même sept ans après les attentats et qui pourtant sous la plume de Don DeLillo se révèle être un excellent livre, un miroir de la chute des colosses et de cette vie dans "l'après 11 septembre" où rien n'a changé et où tout a pourtant été remis en question.

La colère, la peur, le doute, la mort, Dieu, l'Amérique et "Les Autres", l'auteur d'outre Atlantique replonge dans les effets de la catastrophes. Un condensé de scènes marquantes, blessantes, symboliques dans ce pays en proie au doute.

La présentation complète en lien photo.

Bonne lecture

Les Enfants de Hùrin

children_of_hurin_nouvelleversion

Hùrin est l'un des plus grands rois et des plus grands guerriers de la Terre du Milieu. Malheureusement pour lui, il a osé défier Morgoth, le Seigneur des Ténèbres et ancien Valar. Désormais, le voici condamné à observer se réaliser, impuissant la vengeance terribles, la malédiction jetée sur ses enfants.

Vous nous manquiez Monsieur Tolkien, c'est tout ce qu'on pourrait dire en contemplant ce livre. Fidèle à l'oeuvre entreprise par l'écrivain dans le Seigneur des Anneaux, Les Enfants de Hùrin retrace une tranche de l'histoire de la Terre du Milieu, bien avant la naissance de Frodon ou même l'apparition du Seigneur Sauron. D'une qualité d'écriture incroyable, muni d'une histoire à la fois effroyable, magique et spectaculaire, ce chef d'oeuvre retrouvé dans les archives de l'écrivain vaut bien la célèbre trilogie.

Avec une introduction plus accessible, ce sera l'occasion pour les néophytes de faire une découverte tandis que les autres retrouveront avec plaisir le chemin de la Terre du Milieu.

La Présentation complète en lien photo.

Bonne lecture!

Jonathan Strange and Mr Norrell

jonathan strange
 

Deux magiciens doivent apparaître en Angleterre.

Le premier me craindra ;

Le deuxième brûlera de m’apercevoir.

 

C'est un véritable phénomène qui est né outre Manche sous la plume de Susanna Clark qui conjugue à merveille l'imagination de Tolkien et la verve et le style de la grande écrivaine, critique de la société anglaise, Jane Austen. Mélange de fantastique, de romantique, de féérie et d'aventure, ce bouquin nous plonge dans le début des années 1800 en plein dans les guerres napoléoniennes. En Angleterre, la bataille piétine face à un ennemis farouche et bigrement intelligent. Pourtant, dans ce ciel ténébreux, une éclaircie semble se profiler sous les traits de deux hommes. Jonathan Strange et Mr Norrell sont les premiers magiciens praticiens anglais depuis trois ans. Puissent-ils mettre de côté leurs différences pour battre l'ogre français.

 

La présentation complète du livre en lien photo

20/03/2008

La Langue Française en fête.

la langue française en fête


La langue française en fête… Chaque année depuis 1996, une ville de Belgique est choisie pour devenir le temps d’une semaine la porte-parole de la langue française.

Chaque année, le temps d’une semaine, les rues se transforment, l’espace public se métamorphose, l’ambiance se modifie pour afficher jeux de mots, aphorismes, banderoles, calicots, pages scribouillées.

Les parcs, les magasins, les théâtres se changent en lieux de rencontres pour tous les amateurs de mots, de débats, de véritables joutes oratoires et concours.

L’espace de quelques jours la cité fleuri de beauté et devient le miroir, l’image toujours plus belle d’une langue moderne, mouvante, précise, poétique, chantante.

En invitant petits et grands à ce rendez-vous annuel, je vous invite à rejoindre l’univers de la Francophonie, mais surtout à retrouver le citoyen parlant, s’exprimant et jouant avec sa langue.

Rendez-vous donc du 15 au 22 mars 2008 à La Louvière, vitrine des mots et de leurs histoires.

Pour plus d’information consultez le site de La Langue Française en Fête.

13/03/2008

Théâtre: Henri III et sa cour, Dumas

henri III


Il est sans conteste devenu l'un des plus grands romanciers français et pourtant, c'est par le théâtre qu'il a fait ses premières armes.

Je veux parler d'Alexandre Dumas, le père des Trois Mousquetaires, du Comte de Monte Cristo et de la Reine Margot qui brille ici en faisant revivre Henri III mais surtout ses courtisans. Parmis ceux-ci, retrouvez Saint Mégrin, le Duc de Guise et la célèbre Catherine de Médicis, la reine mère.

Sachez déjà que tous se détestent et que tous cherchent à manipuler ce jeune roi peu sûr de lui. A ce jeux, l'ancienne régente a du répondant et plus que ça, un plan démoniaque pour piéger ses deux adversaires.

Son fils rêgnera sur la France tandis qu'elle même rêgnera sur son fils.

Magicien des dialogues, expert dans la mise en scène et dirait-on cinéaste avant l'heure, laissez vous emporter par les mots de Dumas.

Critique et présentation de l'oeuvre en lien photo.

Bonne lecture.

18:00 Écrit par ecrivain89 dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

08/03/2008

La Route

la route


C'est un succès bien mérité pour Cormac MacCarthy et son livre La Route, grand gagnant du prestigieux prix Pulitzer dans la catégorie fiction.

Simple, épuré, concis, ce livre raconte l'histoire d'un homme et de son fils au lendemain d'une catastrophe planétaire. La plupart des plantes, animaux, humains ont disparus ne laissant à l'aube d'une ère glaciaire que quelques rares survivants. Défaite des codes et des moeurs, la société s'est effondrée et la barbarie, la lois du plus fort fait son grand retour.

Dans une lutte incessante pour la survie le père et le fils doivent impérativement avancer, se cacher, rester sur le qui-vive. Ainsi, chaque pas en avant est une nouvelle mort tandis que rebrousser chemin est déjà impossible.

Loin des clichés de la sciences fictions et des scénarios catastrophe classique  McCarthy signe avec son livre apocalypse La Route, un des plus grands succès de ces dernières années.

Bonne lecture!

Pour la critique complète rendez vous sur la photo.

06/03/2008

Concours

cascade

Avis à tous les démangés de la plume, le Concours de nouvelles « Fénelon en Colfontaine » se réunit pour sa septième édition. Organisé par les bibliothèques communales de Colfontaine, le concours aura cette année pour thème : ‘’Par Monts et par vaux ‘’

Il s’agit pour les auteurs de rédiger une nouvelle fantastique (pour mémoire, la nouvelle est « un récit bref qui présente une intrigue simple où n’interviennent que peu de personnages, le fantastique quant à lui, pouvant être défini, en littérature, comme l’irruption du surnaturel et / ou de l’irrationnel dans l’univers quotidien »).

Un jury composé de professionnels du métier récompensera comme il se doit les meilleurs textes.

Alors chers amis, à vos stylos ! 

Pour consulter le règlement et obtenir plus d’infos :  Site internet  

04/03/2008

Petite discussion avec une momie

petite discussion avec une momie

C'est Edgar Allan Poe qui vous emmenera cette fois-ci dans son imaginaire hallucinant. Hallucinant à telle point qu'il serait sage de se demander si le délire et la folie ne sont pas loin si ce n'était cette plume sérieuse, satirique et pourtant prête à faire un bonne blague.

Recueil de nouvelles Petite discussion avec une momie prend le nom de la principale d'entre elles et donne le ton. Voici l'histoire de savants, médecins, archéologues, tous mondains du XVIIIè siècle qui à la fin d'une nuit quelque peu euphorique commencent à jouer avec une momie et l'invention récente de Volta, la pile électrique. Prélude d'une situation rocambolesque.

Les premières lignes
Le symposium de la soirée précédente avait un peu fatigué mes nerfs. J’avais une déplorable migraine et je tombais de sommeil. Au lieu de passer la soirée dehors, comme j’en avais le dessein, il me vint donc à l’esprit que je n’avais rien de plus sage à faire que de souper d’une bouchée, et de me mettre immédiatement au lit. Un léger souper, naturellement. J’adore les rôties au fromage. En manger plus d’une livre à la fois, cela peut n’être pas toujours raisonnable. Toutefois, il ne peut pas y avoir d’objection matérielle au chiffre deux. Et, en réalité, entre deux et trois, il n’y a que la différence d’une simple unité. Je m’aventurai peut-être jusqu’à quatre. Ma femme tient pour cinq ; - mais évidemment elle a confondu deux choses bien distinctes. Le nombre abstrait cinq, je suis disposé à l’admettre ; mais, au point de vue concret, il se rapporte aux bouteilles de Brown Stout, sans l’assaisonnement duquel la rôtie au fromage est une chose à éviter. Ayant ainsi achevé un frugal repas, et mis mon bonnet de nuit avec la sereine espérance d’en jouir jusqu’au lendemain midi au moins, je plaçai ma tête sur l’oreiller, et grâce à une excellente conscience, je tombai immédiatement dans un profond sommeil. Mais quand les espérances de l’homme furent-elles remplies ? Je n’avais peut-être pas achevé mon troisième ronflement, quand une furieuse sonnerie retentit à la porte de la rue, et puis d’impatients coups de marteau me réveillèrent en sursaut.

La présentation complète est accessible en lien photo

Edgar Allan Poe, Petite discussion avec une Momie, éd Folio

26/02/2008

Un puits dans les étoiles

puits dans les étoiles


Le Grand Vaisseau, aussi vaste que Jupiter, a longtemps voyagé autour de notre galaxie, en abritant dans ses flancs immenses des milliards d'êtres vivants de toutes origines qui vivaient sous la responsabilité de capitaines quasi immortels.

Mais cette époque est finie, après une révolte d'une partie des passagers, l'immense paquebot a changé de direction. Il fonce maintenant vers une gigantesque région de l'espace où la lumière ne brille jamais, l'Encrier, aussi sombre que de l'encre.

Pendant que les capitaines s'efforcent de réparer la carapce, le vaisseau s'enfonce peu à peu dans les ténèbres. Là, dans le vide, se cache la plus grande menace que les passagers aient jamais connue, car la vie peut prendre des formes bien mystérieuse.

Bon rendez-vous avec Robert Reed, un des grands auteurs de science fiction américains!

La critique complète en lien photo.

20/02/2008

Un rêve américain

normanmailer


Un des enfants prodigues et terribles de la littérature s'est éteint en novembre dernier. Il s'appellait Norman Mailler. Après une soixantaine d'années de services dans le domaine de l'écriture, il venait tout juste de nous livrer un de ses ouvrages polémiques dont il avait le secret : Un chateau en forêt, un roman noir, sombre, diabolique rapportant l'enfance de celui qui a fait trembler le monde entier.

En hommage à ce grand écrivain, je vous propose de le retrouver dans un de ces premiers ouvrages : Un rêve Américain.

L'histoire de Stephen Rojack, un ancien soldat, un ex sénateur, professeur et présentateur TV a fini par tuer sa riche mais diabolique héritière d'épouse.

Folie, alcool, violence, pouvoir, mysticisme, suicide, racisme, guerre... à travers, la lutte pour s'en sortir de Rojack revisitez sous la plume de Mailler le mythe de l'American Way of life.

Critique complète en lien photo.

Bonne lecture

17/02/2008

Ils ont dit...

004


Ils ont dit tant de choses! Ils, ce sont de grands hommes, des poètes, des musiciens, des chanteurs, des artistes d'hier et d'aujourd'hui. Ils ce sont  aussi des politiciens, des hommes du mondes, des philosophes, des utopistes. Enfin, Ils, c'étaient une kyrielle de scientifiques, savants, chercheurs.

Au quatre coins du globe, ils se sont exprimés, parfois à propos de choses simples, de détails, souvent à propos du monde et de l'humanité.

Pour retrouver quelques unes de leurs idées, quelques phrases prononcées de ci, de là, rejoignez Côté-citation. Chaque jour, une nouvelle maxime y est publiée.

Bonne lecture.

Côté-citation: lien photo

15/02/2008

L'empire des Anges

Empire_des_anges

Bernard Werber semble être partout à la fois ces derniers temps. Théâtres, cinéma, littérature, il enchaine les succès méritant donc bien un petit monopole sur ce site.

Suite des Thanatonautes, l'Empire des Anges est une étape essentielle avant de s'attaquer au consistant cycle des dieux.

Encore une fois, Werber part analyser notre société en la plaçant cette fois du point de vue des anges, des êtres de conscience supérieure censés nous aider et nous guider pour évoluer.

Mais, si la philosophie et le questionnement constituent un objectif du récit ce sera mal récompenser l'auteur de le résumer à un petit philosophe. Werber est avant tout un artiste brillant créateur de récits et d'aventures incroyables et ne lésinant pas sur les rébondissements et les effets spéciaux.

Fans de rêve, de magie, d'aventures et d'idées, bonne lecture!

Critique complète en lien photo

12/02/2008

Le Prestige

Prestige01

Aujourd'hui, je vous ai trouvé un livre un petit peu particulier, mélange savant de réalisme, science-fiction et de fantastique. Il s'agit du splendide "Le Prestige" de Christopher Priest.

Cette fois-ci, laissez-vous entrainez dans le Londres de la fin du XIXè siècle, une capitale industrielle grouillante de monde et d'activiter. Dans le dédale des rues, à travers des tavernes miteuses jusque dans les plus belle salles de spectacle suivez le parcours des deux plus grands illusionnistes de leur époque Alfred Borden et Robert Angier. Suivez leur course à la gloire, voyez le combat qu'ils se livrent et tremblez devant leur détermination, la haine qui les lie. Bientôt. Bientôt, vous comprendrez jusqu'où ils sont prêts à aller, ce qu'ils sont prêts à sacrifier, quelles limites ils sont prêts à franchir...

Un livre éblouissant tant sur la qualité de l'histoire que par la plume magique de l'auteur!

Bonne lecture.

Critique complète du livre en lien photo

09/02/2008

Scène de crime : culture

Crime scene

Je suis assis là dans mon fauteuil de bureau. Minuit A sonné depuis plusieurs minutes à la tour de l'église. L'écran de mon ordinateur scintille projettant une lueur diaphane dans l'atmosphère. Le sommeil monte, je travaille depuis plusieurs heures sur les quelques lignes d'un texte que je dois présenter demain, une discussion sur le principe de citoyenneté, son évolution, ses idées, ses penseurs...

Je suis content de ce que j'ai écrit. Je l'étais dès le premier jet. Si je suis encore cloué sur mon siège, ce n'est pas par perfectionisme. Je n'aime pas faire trop de retouches, j'aime ce qui encore brut, ce qui vient du coeur et de l'âme. Non, ce n'est pas pour corriger que je suis encore debout.  Si je suis encore là, c'est à cause d'une phrase que m'a glissé un ami en discutant, sans faire exprès, presque par mégarde.

Il m'a dit : "Tu sais, je crois que de nos jours, penser, réaliser, mener ou pousser à la Culture est devenu un crime sévèrement puni et très, très mal vu"

 

06/02/2008

Le secret de mon grand-père

porte

 

Le secret de mon grand-père

 

Vous savez, c’était un petit peu l’antre du dragon, le repère des méchants, la porte des enfers. J’étais tout petit et mon grand-père m’en avait interdit l’accès.

-Tu pourras y entrer quand tu seras plus grand, disait-il.

Plus grand, j’avais cinq ans, je ne connaissais pas la peur et j’étais prêt à affronter toutes les aventures qui pouvaient s’y cacher.

Ce « y » c’était sa pièce, sa demeure, sa cachette. A l’étage, hors d’atteinte, coincé entre sa chambre et la salle de billard, c’était là que dérivaient tous mes rêves.

Puisqu’il ne voulait pas que j’y entre, c’est qu’il y avait du danger. Puisqu’il y avait du danger, il y avait un défi.

Je crois que je suis quelqu’un d’orgueilleux. On m’a plus souvent dit que j’étais égocentrique mais je pense que c’est bien par l’orgueil que je pêche et que je pêchais déjà alors.

Et mon orgueil qui se débattait comme un singe en cage ne cessait de me répéter qu’il était absurde que je ne puisse pas me glisser dans cet univers interdit, si lointain et si proche.

Me jugeait-on indigne, faible ou trop peureux pour affronter les monstres qui y étaient enfouis ?

La colère bouillait en moi dès que je voyais mon grand-père gravir les escaliers en milieu d’après-midi. Il partait encore sans moi.

J’ai tout essayer pourtant. Au début, j’essayais de le convaincre qu’il pourrait avoir besoin de moi, qu’on avait toujours besoin d’un plus petit que soi (c’est la maîtresse qui me l’avait appris).

Mais sitôt que les mots quittaient ma bouche, il souriait tendrement sans dire mot. Il me regardait avec les yeux de celui qui savait. J’avais l’impression désagréable qu’il s’amusait de mon courage, ce ma volonté et de mon ignorance quant à son univers.

-Patience, me disait-il.

Et il poursuivait sa route. Il ne se retournait pas mais je sentais bien qu’il gardait son sourire accroché au visage.

Au début, je le suivais, j’essayais d’entrevoir ce qui se passait quand il ouvrait la porte.  Je n’ai jamais rien vu. Il faisait sombre, plutôt même, il faisait un noir absolu.

Je me souviens que quand j’étais petit, même si mon orgueil m’empêchait de me l’avouer, j’avais peur de cette obscurité si dense. Pour moi, le noir était quelque chose d’anormal, d’immorale et d’effrayant. Il me fallait de la clarté, de la lumière, des couleurs.

Longtemps, quand j’étais couché dans mon lit chez mon grand-père et parfois chez mes parents, je me souviens que je faisais des cauchemars en imaginant l’envers de la porte en chêne. Je me voyais tourner la poignée dorée et pousser lentement le bois. Je ne voyais toujours rien à l’intérieur et je me trouvais coincé entre le hall et le noir, prisonnier entre deux univers.

Je glissais un pied. J’attendais. Je posais l’autre. Quelques secondes s’écoulaient, mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine mais rien ne se passait.

Puisant un courage que j’ignorais, je faisais quelques pas à tâtons et soudain la porte se refermait derrière moi dans un claquement sinistre. J’étais prisonnier et je sentais le sol disparaître sous mes pieds tandis que le vide m’aspirait.

C’est toujours à cet instant que je me réveillais, couvert de sueur et tremblant.

Peur ? Bien sûr, j’avais peur. Je rêvais éveiller de rentrer là–dedans mais je sais aussi que même si j’avais mis la main sur les clés, je n’aurais sûrement pas eu la force d’affronter les démons qui hantaient cet endroit.

Les mois ont passé, les années. Ma curiosité restait intacte, de même que tous les arguments qui la réfrénaient.

Pourtant, un jour, en rentrant des cours. J’avais onze ans, trois mois et neuf jours, mon sac à dos plein de devoir de math et un livre de Jane Austen dans les mains –ça faisait à peu près deux ans que je n’arrêtais pas de lire ; à dire vrai, je dévorais bouquin sur bouquin.

Je déposai mes affaires sur la table de la salle à manger et parti prendre un jus d’orange dans la cuisine. J’avais les clés de la maison et comme c’était sur le chemin de l’école, je repassais à peu près tous les jours en attendant que les parents ne rentrent du travail.

Le temps d’avaler ma boisson, je vis mon grand-père penché sur mon exemplaire d’Orgueil et Préjugé.

Il avait son regard fatigué et sa chevelure décoiffée. C’était un signe qui ne mentait pas, il venait de sa pièce. Au début, je croyais que c’était parce qu’il se battait avec des monstres mais à cette époque, je ne croyais plus fort aux monstres. Cependant, il existait encore suffisamment d’idées disponibles pour satisfaire à l’imagination d’un enfant de mon âge.

Quand enfin, il remarqua ma présence, il me fit signe de le suivre.

Je ne posais aucune question jusqu’à ce que nous arrivions au premier étage.

Il s’approcha de la porte interdite. Mon esprit se battait, j’avais peur qu’en disant quelque chose, il ne fasse machine arrière, mais j’avais aussi besoin d’une confirmation.

-Est-ce que…

Il me fit oui de la tête, tourna la clé. Mon cœur battait la chamade. Il ouvrit. Il faisait noir. Toujours parfaitement noir. Il fit un pas en avant. Il était rentré. Une vieille crainte réveillée en un éclair me faisait m’attendre à ce qu’il soit aspiré mais il n’en était rien. Il leva son bras gauche, toucha quelque chose sur le mur et soudain, une douce lueur berça la pièce.

Et je sus enfin ce qu’il cachait depuis tout ce temps. C’était…

 

03/02/2008

Les thanatonautes

thanas

Depuis Les Fourmis, il s'est imposé clairement comme un des auteurs français les plus en vogue mais aussi les plus exportés à l'étranger. Bernard Werber sortait il y a peu son dernier livre Le Mystère des Dieux (qui ne devrait pas tarder à attérir sur ce site) clôturant ainsi son cycle de l'évolution où il avait chercher à savoir ce qui existait après l'homme.

Début de ses pérégrinations philosophiques et première aventure de son célèbre héros, Michael Pinson, les Thanatonautes est un roman bijou pour tout ceux qui cherchent un peu plus qu'un rêve dans un roman, pour tous ceux qui se posent des questions, réfléchissent et aiment le débat d'idées.

D'ores et déjà bonne lecture et rendez-vous sur le lien photo pour la critique complète.

Bernard Werber, Les Thanatonautes, éd Albin Michel

30/01/2008

Into the Wild

into_the_wild_movie

A l'heure où Sean Penn illumine les salles obscures de son Into the Wild, pourquoi ne pas se replonger dans le livre du même nom qui plus qu'un récit d'aventure est une allumette qui servira à allumer un feu d'évasion et de rêve dans notre imaginaire mais qui nous replongera aussi dans la vie tragique et superbe de ce garçon qui un jour à réussi à se liberer des chaines de la société pour vivre son rêve. Voici, un bouquin absolument fascinant qui mérite d'être dévoré à pleines dents.

Pour la critique cliquez sur la photo.

Bonne lecture.

Jon Krakauer, Into the Wild (Voyage au bout de la solitude), éd Presse de la Cité

27/01/2008

Le Glacier

Laberge_Marc

Cette mer blanche m'entourait de partout. La nuit était tombée, la lune brillait de mille feux dans le ciel et sur la glace. Je marchais depuis des heures, seul. Je perdais peu à peu toutes notions de la société. Je ne savais plus depuis combien de temps j'étais parti, j'oubliais de me repérer, j'oubliais le monde. Il ne restait plus que moi et cette nature, si sauvage, si forte que je me sentais submergé, emporté par elle. C'est dans ces moments où je me mis à réflechir sur ma vie. Je changeais en quelques instants et je savais que désormais je serais prisonnier de ce paysage infini.

Composition personnelle, petit texte entre amis pour vous introduire notre nouvelle vedette, Marc Laberge et son livre Le Glacier.

Petit plaisir, rapide et agréable à lire, récit basé sur l'histoire vraie du naturaliste John Muir, laissons ce voyageur-photographe-conteur-aventurier nous emmener dans "ses Montagnes" avant de nous attaquer au désormais célèbre Into the Wild de Jon Krakauer (Voyage au bout de la solitude).

Critique du livre en lien photo.

Bonne lecture!